DEENFRES

SIA 272:2009

SIA 272 régule l'étanchéité et le drainage des ouvrages enterrés et dans les constructions souterraines. SIA 261 - effets sur les structures, SIA 262 - construction en béton armé, SIA 270 - étanchéité et drainage, base générale et interfaces, SIA 274 - étanchéité des joints dans les bâtiments est utilisée comme base notable. Les termes du contrat sont réglementés dans SIA 118/272: 2009.

Afin de permettre les innovations, des dérogations à la norme sont possibles dans la section 0.4 si elles peuvent être justifiées de manière adéquate par la théorie et des tests préliminaires.

Sur la base d'un rapport d'étage, le planificateur doit définir les exigences selon la section 2.2.1 pour les «produits d'étanchéité pour protéger le bâtiment, ses équipements et son utilisation sans entrave». Des mesures appropriées doivent être planifiées et spécifiées dans l'accord d'utilisation.

Les classes d'étanchéité sont définies selon la section 2.2.2:

aucune tache d’humidité n’est tolérée à l’intrados de l’ouvrage.

des tâches d’humidité isolées sont tolérées, des égouttures à l’intrados de l’ouvrage ne le sont pas.

des taches d’humidité localement limitées et des égouttures isoles à l’intrados de l’ouvrage sont tolérées.

des taches d’humidité et des égouttures sont tolérées.

Le propriétaire est responsable de la détermination des classes d'étanchéité en tenant compte de ses exigences techniques et économiques. Sur la base de la meilleure utilisation possible du WDK, presque toutes les zones entrent désormais dans la classe d'étanchéité 1.

Le chiffre 2.2.6 de la SIA 272 joue un rôle important dans le calcul des cas de charge selon SIA 262 et lors de l'utilisation de systèmes d'injection :

" L’action thermique su l’eau, l’air et sur la construction au cours des variations saisonnières et journalières fera l’objet d’une estimation et sera prise en considération dans les études. Cette action est susceptible d’avoir des conséquences importantes durant les phases de travaux et d’utilisation. "

Deux points sont d'une importance capitale pour la planification et la mise en œuvre.

D'une part, en plus de la phase d'utilisation, la phase de construction doit également être prise en compte. Ainsi, les radiers et les dalles sont partiellement bétonnés au milieu de l'été à 30 ° C, puis restent longtemps au soleil. En hiver, cependant, en particulier sur les grands chantiers de construction, les travaux ne sont souvent pas terminés et exposés à la neige, à la glace et au froid. Les différences de température sont en partie à ΔT = 50K. Les planificateurs spécialisés doivent considérer et planifier la contrainte correspondante à un stade précoce et également vérifier les hypothèses en cas de retards de construction dans le projet.

En revanche, du fait de la ventilation naturelle, les parkings souterrains sont exposés à des variations de température extrêmes. Les articulations et les fissures se déplacent au cours de l'année et entraînent des mouvements dans l'articulation. Cela peut devenir problématique, en particulier lors de l'utilisation de systèmes d'injection, car la directive pour les changements de largeur de fissure potables maximale correspond à: ΔbR: 15% de la largeur de fissure »(SIA 272, section 4.2.2). Il en va de même pour la réparation des fissures d’une construction étanche conformément à la section 3.1.3.4 - Exigences de construction:

«Les fissures dans les structures en béton sont inévitables. [….] Les fissures apparraisant malgré tout seront étanchées avec des bandes collées ou au moyen d’injection de résine synthétique. [...]Elles se manifestent de manière répétitive sous forme statique ou dynamique. Elles seront déterminées pour le projet. Le choix des matériaux d’étanchement appropriés (produits d’injections, bandes collées) dépend des variations de largeur présumées»

Fondamentalement, les largeurs de fissure br dans la structure de support doivent être limitées conformément à la section 2.4.7. La limitation des largeurs de fissure et le changement de largeur de fissure ΔbR ainsi que les méthodes de scellage doivent être déterminés dans le projet et spécifiés dans le contrat d'utilisation.

Les transitions des systèmes d'étanchéité individuels posent un défi majeur pour les sociétés d'exécution. Différents matériaux, différents fabricants, aucune planification détaillée ne sont des problèmes courants dans les activités quotidiennes.

Conformément à la section 2.2.7.5, il est recommandé de planifier et d'exécuter «les ouvrage ou les éléments […] avec un seul et même système d'étanchéité sans transitions». «Si des transitions sont inévitables, elles seront planifiées assez tôt La compatibilité des matériaux de construction utilisés entre eux doit être démontrée. "

Il y a souvent un problème de coordination, en particulier lors de la transition des éléments enterrés aux éléments hors sol. Alors que le sous-sol est planifié par l'ingénieur et réalisé par l’entreprise de construction, à l’air libre l’étanchéité se trouver chez l’architecte et est réalisée par l’étancheur qui réalise les toitures. Dans ce cas les détails et la planification de la transition manquent souvent. L’étanchéité enterrée doit remonter d’eau moins 120mm au-dessus du niveau du terrain fini.

Le chiffre 2.4.8 de la SIA 272 réglemente l'étanchéité des traversées pour le projet. "Les pénétrations situées à plus d'un mètre en-dessous du niveau d'eau de projet seront munies de brides de serrage. [..] Les traversées seront étanches en elles-mêmes par soudage ou collage ‘’

Le chiffre 3.1.3.3 spécifie également pour les structures en béton étanches à l'eau: les «cuves blanches» que les «Les canalisations et autres conduites seront placées à l’extérieur de l’ouvrage. Si cela n'est pas possible, le recouvrement de béton sera d’au moins 250 mm, la section de béton ne sera pas réduite de plus de 25% et cette réduction sera prise en considération dans la disposition des armatures. Faisceau de tubes, c'est-à-dire la mise en place parallèle de plusieurs tubes, horizontalement ou verticalement, doivent être évités."

 

Conformément à la section 3.1.3.7, les doivent être conduits à travers le composant en béton à 90 °. Il faut respecter au moins 250 mm d’espacements entre chaque traversée. Les fixations et les pénétrations doivent être fixées à l’armature afin d'éviter un chemin d’écoulement continu.

Une innovation importante est l'utilisation de bétons de classe NPK B par le SIA 272: 2009. Auparavant, seuls les bétons NPK C avec une résistance minimale du béton de C30 / 37 étaient autorisés, maintenant les bétons à faible résistance à la compression et à haute résistance à la pénétration de l'eau peuvent être choisis 2 «Les valeurs suivantes seront prises en considération à titre indicatif : E/C ≤ 0.55, avec adjonction éventuelle d’un fluidifiant, dosage en ciment correspondant à la granulométrie des agrégats (courbe de tamisage) ≥ 280 kg/m₃, complété par des fines minérales, préférence donnée aux ciments à chaleur de prise aussi faible que possible.»  (SIA 272 : 2009, section 3.1.2.1)

Un point important qui n'est pas encore réglementé dans la norme est la résistance excessive. Étant donné que l'armature minimale selon SIA 272 est liée à la résistance effective du béton, une règle empirique doit être utilisée. Afin de pouvoir réaliser une conception économique et conforme aux normes, la sur-résistance doit être limitée à 50%.

Aucun lait de ciment ne doit sortir du coffrage pour les structures en béton étanche. Une attention particulière doit être portée aux reprises radier / mur et mur / dalle et aux arrêts mur-mur. Les reprises de bétonnage doivent être étanchées. (SIA 272, section 3.1.4.5)

En termes de structures en béton étanche, les exigences pour le sous-sol sont relativement faibles. Cependant, il est important d'avoir une couche continue de propreté et une séparation de la structure en béton du substrat dans la mesure où cela affecte le comportement au retrait. Par exemple, des couches de séparation doivent être prévues entre l'étaiement de la fouille du chantier et le coffrage une face et sur un sol rocheux.

Afin d'éviter les contraintes dues aux différences de chaleur lors du processus de prise, les dimensions des composants doivent être dimensionnées de manière aussi cohérente que possible et les fondations doivent être pré-bétonnés. "La surface horizontale d’étapes de bétonnage sans joints ne dépassera 600 m² et sera aussi quadratique que possible. Les rapports d'aspect supérieurs à 1: 3 seront évités. » (SIA 272, section 3.1.3.3)

Un point primordial mais le plus souvent ignoré de SIA 272 est le dimensionnement de la largeur de fissure et sa variation durant la vie du bâtiment. Pour minimiser la formation de fissures l’armature minimale de fissuration est à prendre en compte et décrit dans la SIA 272 au chiffre 3.1.3.4. Comme il ne s'agit que d'une recommandation, des variations sont autorisés. En cas de dommage, cependant, les frais de suivi correspondants doivent être définis à l'avance et la prise en charge des coûts déterminée.

"Les fissures peuvent devenir humides à partir d'une largeur de  0,1 mm. En début de projet, il faut déterminer comment la formation de fissures doit être influencée au moyen du taux d’armature, des détails d’armatures, des éléments de fissures contrôlés ou d'autres mesures appropriées. Cependant, toutes les fissures qui se produisent sont, par exemple, étanchées à l'aide de bandes et / ou d'injections. Les changements de largeur de fissure sont les conséquences des actions citées plus haut. Ils se produisent de manière répétitive de manière statique ou dynamique. Ils doivent être déterminés dans le projet. Le choix des mesures appropriées pour étancher les fissures (résines d'injection, bandes collées) dépend des changements de largeur attendus.

La zone de traction du béton effective pour le calcul est réduite selon SIA 262 (Formule 99). L'espacement de l'armature pour les classes d'étanchéité 1 à 3 ne doit pas dépasser 150 mm. La norme SIA 262, section 5.2.3, concernant les distances minimales doit être respectée. Le renforcement requis peut être réduit si des mesures spéciales telles que l'installation d'éléments de fissuration contrôlées, il est prouvé que la force de fissuration admissible n'est jamais atteinte.

L'armature minimale doit être présente des deux côtés de la section en béton. Les largeurs de fissure peuvent être réduites si le retrait et le glissement sans empêchement du radier sur le sol (forces de frottement réduites) sont démontrés et si des éléments de fissuration contrôlée, des modèles structurels simples y compris la division des surfaces et des systèmes d’étanchéités sont établis.

L'expérience montre cependant que les largeurs de fissure ne correspondent pas aux descriptions de la section 2.2.2. Une fissure de 0,5 mm laisse passer un écoulement ce qui decrit une infiltration et non pas une fissure dans un état "sec à légèrement humide - points humides individuels autorisés, pas de gouttes d'eau".

Pour minimiser la formation de fissures, un renfort minimum selon SIA 262 requis:

Classe d'étanchéité 1 = exigences élevées avec des largeurs de fissure nominales prévues ≤ 0,2 mm
Classe d'étanchéité 2 = exigences accrues avec des largeurs de fissure nominales prévues ≤ 0,5 mm
Classe d'étanchéité 3 = exigences normales
Aucune recommandation spéciale ne s'applique aux bâtiments de classe d'étanchéité 4.